Manipulation médiatique d'État ?

Publié le par club-des-cinq-millions

LOGO DRAPEAU PLUS

 

Pourquoi tant de différence entre les chiffres publiés par les ministères et les syndicats lors des manifestations d'envergure nationale ?

 

Pour la première fois depuis 1908, la grève du 27 septembre 2011 est organisée par les syndicats d'enseignants du public et du privé rassemblés dans une action nationale pour s'opposer à la casse du service éducatif.

 

Comment expliquer que le Ministère de l'Éducation Nationale, dont le ministre en exercice est Monsieur Luc Chatel, UMP, publie des prévisions de grévistes de l'ordre de 20% alors que les syndicats prévoient plus de 50% ?

 

La dépêche de l'AFP, reprise par nombre de quotidiens ainsi que les chaînes de télévision, indique : « Vendredi après-midi, le ministère a annoncé que 20,5% des professeurs des écoles primaires feraient grève, tandis que le SNUipp-FSU estime qu'ils seront 53,75% sur la base des remontées de 87 départements. »

 

Très simple, Un professeur interrogé sur ce point nous a en donné l'explication. Les professeurs des écoles primaires (anciennement baptisés instituteurs) ont l'obligation de se déclarer grévistes auprès de l'administration 48 heures à l'avance. Nombre de professeurs des écoles préviennent les parents mais ne se déclarent pas grévistes auprès de l'administration.

 

Le pourcentage de grévistes est calculé dans les services du Ministère de l'Éducation Nationale en considérant le nombre de professeurs grévistes comparé au nombre total d'enseignants, y compris ceux n'ayant pas cours ce jour-là.

 

Les chiffres publiés par le syndicat SNUipp-FSU (Syndicat National Unitaire des Instituteurs et Professeurs des écoles et PEGC) sont la compilation des prévisions des syndicats de 87 départements.(*1)

 

Dans certains départements, comme la Corrèze, la Drôme, le Finistère, la Haute-Garonne, le Gers, l'Indre-et-Loire, les Landes, la Lozère, le Puy-de-Dôme,...le taux prévisionnel de mobilisation dépasse les 70%, le record étant détenu par l'Aveyron et la Meurthe-et-Moselle qui prévoient 80% de grévistes.

 

Mais, droit dans ses bottes, le Ministre Luc Chatel déclare : «  "Une grève fin septembre dans l'Éducation nationale, ce n'est pas révolutionnaire", a-t-il dit, soulignant la proximité des élections professionnelles (13 au 20 octobre). Chatel, qui "assume" les suppressions de postes, assure que "la vraie question aujourd'hui, c'est le sur-mesure" des enseignements et non "la quantité". »(*2)

 

Monsieur le Ministre, il nous semble que vous ne pouvez pas adopter des propositions de spécialisation des enseignements en programmant 14 000 suppressions de postes au prochain budget.

 

Vous aurez beau tenter de rabaisser continuellement le niveau intellectuel des citoyens français, pas de chance, Monsieur le Ministre, nous sommes tous devenus intelligents, grâce à ce formidable système éducatif français que vous tentez de détruire au nom d'une politique économique libérale aujourd'hui dépassée.

 

 

*1 source : http://www.snuipp.fr/IMG/pdf/2011_09_23_taux_de_grevistes_27_septembre.pdf

*2 source : http://tempsreel.nouvelobs.com/actualite/social/20110926.OBS1150/education-greve-des-enseignants-contre-la-degradation-de-l-ecole.html

Publié dans Politique

Commenter cet article