Lettre ouverte à Monsieur Alain Sandler

Publié le par club-des-cinq-millions

LOGO DRAPEAU PLUS

 

Cher Monsieur,

 

Vous avez pris soin de répondre à un sondage sur le blog du Club des Cinq Millions, ce dont nous vous remercions.

 

Vous avez publié le commentaire suivant :

 

« Votre idée est excellente.
J'attire votre attention sur le piège dans lequel il ne faut pas tomber :
Faire de cet outil un site populiste

Il serait très utile d'en faire un site de sondage sur des propositions citoyennes empreinte de bon sens, sans idéologie, sans dogmatisme dont le pays a besoin
D'informer l'ensemble des parlementaires des résultats
Personne ne détient la science infuse
»

 

Ma réponse a été la suivante :

 

« Vous avez raison, personne ne détient la science infuse.

C'est pour cette raison que nous proposons aux citoyens qui s'opposent à la politique libérale dans sa forme actuelle de se réunir en petits comités intergénérationnels pour débattre de ce qu'ils veulent pour leur quartier, leur village, leur département, leur région, l'Europe.

Nos gouvernants, qui n'ont pas la science infuse, ont depuis trente ans, laissé les énarques, les technocrates, administrer ce pays et manipuler les citoyens.

Nous sommes passés à une société du savoir. La révolution numérique est en marche.

Oui, Monsieur Alain Sandler, nous pensons que le pouvoir doit revenir au peuple.

Il me semble que vous aussi avez oublié le préambule de la constitution : Gouvernement du peuple, par le peuple et pour le peuple.

Vous devriez rappeler cela aux élus que vous rencontrez. »

 

J'ajoute dans cette lettre ouverte :

Concernant le préambule de la constitution, « Gouvernement du peuple, par le peuple et pour le peuple », la lecture que nous en faisons est la suivante : Des élus, qu'ils soient élus municipaux, conseillers généraux, conseillers régionaux ou élus des deux chambres, par les électeurs inscrits sur les listes électorales ou les grands électeurs, pour le bonheur du peuple. Le bonheur, c'est l'éloignement de la pauvreté, et en France, les pauvres sont de plus en plus nombreux au fil des années. Servir le peuple et non pas se servir du peuple.

Personne n'a la science infuse, mais nous sommes gouvernés par des énarques, des polytechniciens, des technocrates qui pensent l'avoir, c'est le grand problème de la France, et maintenant des Français.

Depuis trente ans, le marketing politique s'est implanté. Les hommes politiques ne sont plus des citoyens engagés dans une démarche politique, ils ne défendent pas leurs idées politique au nom du peuple, mais se préoccupent de leur ré-élection et de leur propre confort. Ce sont devenus des acteurs (au sens scénique du terme), entourés d'hommes de communication qui manipulent les citoyens avec la complicité des médias contrôlés par le pouvoir financier, et obéissent aux directives données par l'appareil de leur parti politique.

Les gouvernants français veulent continuer à bâillonner le peuple. Comment expliquez-vous que l'article 75 de la constitution italienne permette actuellement à 500 000 électeurs de faire une demande d'initiative populaire permettant d'aboutir à un référendum abrogatif, alors que l'article 11(1) de la constitution française soit encore aujourd'hui en italique et prévoit qu'un référendum peut être organisé à l'initiative d'un cinquième des membres du parlement et un dixième des électeurs inscrits sur les listes électorales, soit près de 4 500 000 électeurs ?

Oui, Monsieur Alain Sandler, c'est un combat politique. Nous sommes bien conscient qu'une partie de la population a déjà basculé dans le populisme. C'est la raison pour laquelle nous préconisons la réunion de comités locaux intergénérationnels dans lesquels les plus âgés d'entre nous transmettront aux plus jeunes leur expérience politique et les travers dans lesquels il ne faut pas tomber. C'est la raison pour laquelle nous préconisons que les réunions des comités locaux permettent le débat, sans qu'un leader tente de prendre le pouvoir sur le groupe et que chacun puisse voter selon ses propres convictions ainsi éclairées.

Les Français sont devenus intelligents, tous ensemble, grâce aux formidable progrès de l'éducation qu'ont voulu nos pères. Nous sommes opposés au démantèlement de l'école publique et des services publiques en général, au nom de l'application d'une politique économique libérale dépassée.

Nous vous proposons donc d'organiser, dans les villes dans lesquelles vous avez des représentants, des petits comités locaux intergénérationnel pour débattre des questions qui vous tiennent à cœur. Il conviendra d'en dégager ce qui semble important aux yeux des citoyens que vous aurez réuni, et de proposer les questions destinées au vote des futurs membres du club des cinq millions.




Publié dans Politique

Commenter cet article

LE CERCLE DES CITOYENS FRANCAIS 02/01/2012 09:16

Je suis désolé de constater que ce site soit aussi peu fréquenté.
Le blog du cercle des citoyens français reçoit lui de plus en plus de visiteurs. (www.lecercledescitoyensfrancais.info) c'est probablement parce que il vit les évènements et s'efforce d'agir dans
le concret, sans aucune idéologie.

SANDLER 24/09/2011 10:17


Je vous confirme que le Cercle des Citoyens Français n'est pas un parti politique. Que ses propositions ne sont ni dogmatiques, ni idéologiques, mais pragmatiques et de bon sens.
Si l'on n'agit pas sur les forces politiques de notre pays, mais uniquement en polémiquant sur internet, je ne pense pas que l'on puisse obtenir de bons résultats.
Nous ne demandons pas de réduire le nombre de signataires d'une pétition pour obtenir un référendum d'initiative populaire. Nous allons beaucoup plus loin avec notre proposition de la démocratie
directe et de l'instauration du Conseil National des Citoyens Français.
Il faut lire nos propositions avant de les critiquer, vous aurez un meilleur jugement sur notre action.


SANDLER 23/09/2011 23:44


Réponse à une lettre ouverte

Vous êtes dans l'erreur, je suis désolé de vous le dire;

En effet, Le Cercle des Citoyens n'accepte pas les diktats.

Au contraire si le Cercle des Citoyens accepte de dialoguer avec des représentants des mouvements politiques, c'est pour se faire entendre et être écouté.

En effet, jusqu'à preuve du contraire, si le dialogue avec les gouvernants est écarté, pour obtenir satisfaction il ne reste que la révolution.

Et bien nous préférons la persuasion à la guerre civile.

Notre objectif, c'est de convaincre par le nombre de citoyens qui nous aura rejoint sur des idées.

La base de notre action, c'est de faire une place dans le système rénové et modernisé que nous proposons à la démocratie directe.

Actuellement effectivement, la classe politique monopolise les pouvoirs en cumulant les mandats et en ne tenant aucun compte des articles 6 et 14 de la déclaration des droits de l'homme et du
citoyen, c'est à dire la coexistence harmonieuse de la démocratie représentative et de la démocratie directe.

Il faut savoir ce que l'on veut. Se plaindre ne sert à rien, le monologue non plus, seule l'action est porteuse d'évolutions fructueuses.

Ce sont les Citoyens et eux seuls qui peuvent et doivent se mobiliser pour une très grande cause nationale : la naissance dans notre pays de la démocratie directe associée à la démocratie
participative.


Le peuple doit être écouté et il ne l'est pas. Le peuple doit être associé à la gestion et il ne l'est pas. Le peuple doit être raisonnable mais l'est il ?

La démocratie directe sera bientôt au coeur des débats.

Le plan de mise en oeuvre du Conseil National des Citoyens est présenté dans le Manifeste des Citoyens actifs visible sur www.lecercledescitoyensfrancais.info.


club-des-cinq-millions 24/09/2011 09:38



Cher Alain Sandler,


Commencez donc par demander à vos amis élus de l'UMP de faire le nécessaire pour que les citoyens Français aient les même droits que les citoyens Italiens, pour que le référendum d'initiative
populaire permette à 500 000 citoyens Français de saisir leurs élus.


Je prends date, nous verrons combien de temps il faudra à cette "République Irréprochable" pour permettre aux citoyens Français d'exercer un premier référendum d'initiative populaire.


C'est cet immobilisme que nous combattons, car Monsieur Alain Chandler, il s'agit bien d'un combat politique.