Faut-il participer aux primaires socialistes ?

Publié le par club-des-cinq-millions

Nombre de ceux qui ont suivi le débat télévisé du jeudi 15 septembre sur France 2 s'interrogent sur leur éventuelle participation aux primaires des socialistes.

 

Ces « primaires » organisées par le Parti Socialiste, pour la première fois en France, est une occasion donnée aux citoyens de se rendre dans un bureau de vote et de mettre un bulletin dans une urne.

 

C'est une des rares occasion nouvelle qui est donnée au citoyens français inscrits sur les listes électorales de s'exprimer, dans cette période que nous vivons depuis l'élection de l'actuel Président de la République.

 

La dernière fois, pour ceux qui se sont déplacés, nous avons utilisé un bulletin de vote les 20 et 27 mars 2011, à l'occasion des élections cantonales. Il s'agissait du dernier scrutin direct avant les élections du Président de la République de 2012.

 

Rappelons-nous que les grands vainqueurs de ces élections cantonales ont été les abstentionnistes avec 55,68% des électeurs inscrits qui ne se sont pas déplacés. (11 856 841 abstentions pour 21 295 938 inscrits sur les listes électorales.

 

Faut-il en déduire que plus de 55% des électeurs français sont tétanisés par l'attitude de leurs élus, qu'ils soient de droite ou de gauche, lors de l'incroyable imposture du vote par le parlement réunit en congrès à Versailles le 4 février 2008, pour permettre la ratification du traité de Lisbonne.

 

Rappelons que les citoyens français s'étaient opposé, le 29 mai 2005, avec 54,68% des votes exprimés au traité établissant une constitution pour l'Europe.

 

Un grand nombre d'analystes indépendants, dont les sociologues Pinçon-Charlot, auteurs du livre « Le Président des Riches » dénoncent l'imposture du parti au pouvoir, l'UMP, dont la stratégie est le matraquage médiatique. Il ne se passe pas un jour sans qu'ils n'envoient au front un ministre, une éminence grise, un conseiller, un député, un Président de la République, pour expliquer aux Français que leur politique est salvatrice, alors que depuis qu'ils sont au pouvoir, les Français ne font que constater que les acquits sociaux sont piétinés et que la pauvreté gagne du terrain.

 

Comment expliquer que 21 des 22 régions métropolitaines soient dirigées par des élus de gauche et que l'UMP, parti des nantis, soit au pouvoir, à l'Assemblée et au SLOGO DRAPEAU PLUSénat ?

 

Comment expliquer que l'UMP soit encore au pouvoir, alors que 61 départements sur 101, soit 60,4%, sont dirigés par des élus de gauche ?

Source http://fr.wikipedia.org/wiki/%C3%89lections_cantonales_fran%C3%A7aises_de_2011

 

Les Pinçon-Charlot expliquent très bien dans leur livre que les riches mènent une guerre ouverte contre la classe ouvrière, et que dans cette guerre, ils financent massivement l'UMP qu'ils ont missionné pour mener deux actions : l'enfumage, et l'occupation du terrain médiatique.

 

Lorsque, jours après jours, sur les chaînes de télévision, interviennent, Alain Minc, Jean-François Copé, Frédéric Lefebvre, Nathalie Kosciusko-Morizet, Bernard Henri Levy, Nicolas Sarkozy, Xavier Bertrand, Claude Guéant,... ils occupent le terrain médiatique et manipulent les Français, avec la complicité des médias, aux ordres du pouvoir.

 

Lorsque Dominique Strauss Kahn veut absolument s'exprimer devant les médias, il est le porte-parole des nantis, il envoie un écran de fumée pour masquer l'immense drame de l'action des banques soutenues par le Fond Monétaire International. Souvenez-vous de la poignée de mains des deux amis sur le perron de l'Elysée, deux bons copains qui, main dans la main, enfument le peuple.

 

Alors, à cette occasion qui nous est donnée de nous exprimer, espérons que nous serons plus de cinq millions à nous rendre aux urnes les 16 et 22 octobre 2011.

 

Ce sera l'occasion de démontrer que nous voulons réellement plus de démocratie, que nous ne voulons plus être manipulés par des hommes et des femmes politiques qui ne respectent pas la volonté exprimée du peuple, que nous ne voulons plus être dirigés par les représentants des riches qui, de Boloré à Bettencourt en passant par Bernard Arnaud, financent ce parti qui réunit tant d'ennemis du peuple.

 

Montrons un signe fort, aux urnes Citoyens !

 

Et lorsque nous serons appelés à voter pour le premier tour des présidentielles, nous retrouverons notre propre sensibilité et nous voterons, en conscience, pour une candidate ou un candidat qui est en mesure de réformer en profondeur ce système politique qui a atteint ses limites.

 

Publié dans Politique

Commenter cet article