Comment réduire de deux tiers la dette publique de la France ?

Publié le par club-des-cinq-millions

Nous avons tous constaté que le système bancaire était automatisé à 70%. Grâce à l'utilisation d'Internet et des robots, la dématérialisation des transactions, les banques utilisent leur guichet « Front office » et « Back office » uniquement à des fins de commercialisation de leurs produits.

 

Ces nouveaux produits bancaires n'ont pas montré leur efficacité, puisqu'ils finissent par appauvrir les clients. Lequel d'entre-nous n'a pas constaté que l'un des placement fait par notre conseiller bancaire en notre nom avait fini par perdre de sa valeur ?

 

L'exemple de la Société Générale, dont les dirigeants ont fait preuve d'une incroyable manque de professionnalisme, ont permis à un seul de leurs employés de faire un trou de 6 Milliards d'euros (6 000 000 000 d'euros) dans les comptes de la banque.

 

Voudrait-on faire payer aux clients la faute des dirigeants ?

 

Il nous semble que les candidats à la Présidence de la République de 2012 devraient mettre à leur programme la proposition suivante :

Nationalisation de toutes les banques qui ont des représentations sur le territoire français,

Réorganisation complète du système bancaire français,

Réduction des dépenses des banques de deux-tiers, le bénéfice de cette restructuration étant affecté à l'apurement de la dette publique des deux-tiers, ramenant ainsi la dette publique de la France à 550 000 000 000 d'euros.

 

Ainsi, seuls les dépenses affectées aux robots et aux systèmes informatisés sécurisés seraient conservées, et deux tiers des agences bancaires fermées. (cela aura pour effet de faire descendre le prix des loyers des commerces).

 

En chiffres, en 2008, les réseaux bancaires, avec 450 entreprises bancaires étaient constituées de près de 39 700 agences tous établissements confondus. Ces réseaux employaient près de 400 000 personnes et procèdent à 30 000 recrutements par an. Source : http://www.lesclesdelabanque.com/web/Cles/Content.nsf/DocumentsByIDWeb/6W9DQG?OpenDocument

 

Deux-tiers des effectifs, soit 266 000 emplois, viendraient s'ajouter provisoirement aux 2,6 millions de chômeurs, portant ainsi le nombre de chômeurs à près de 3 millions. Source http://www.insee.fr/fr/themes/document.asp?reg_id=0&ref_id=eec09

 

Le salaire moyen des employés du secteur bancaire était de 29 900 euros en 2009. Source http://www.lejustesalaire.com/salaire-par-metier/comptabilite-finance/salaires-Banque-Particuliers.php

 

en appliquant un coefficient de coût de 2, couramment pratiqué dans le secteur tertiaire, nous obtenons une économie de 16 Milliards d'euros par an. (*1)

 

Les économies réalisées sur ce secteur par an, (16 Milliards d'Euros) serviront à rembourser le montant de la banqueroute des deux-tiers de 1 116 milliards d'Euros.

 

En une dizaine d'années, une grande partie des employés licenciés pourront être embauchés par l'état pour remettre en place le système de contrôle des services des impôts, les services de la justice, renforcer les effectifs de l'éducation nationale et lancer un vaste plan de construction de logements (provoquant ainsi une baisse des montant des loyers).

 

Les banques resteront sous le contrôle de l'état pendant environ soixante dix ans. Ce secteur pourra recommencer à embaucher dès 2080.

 

Les cadres des banques les plus touchés qui possèdent des parcs immobiliers locatifs seront obligés de vendre leurs appartements, libérant ainsi des milliers de logements sur le marché, provoquant ainsi une baisse des prix de l'immobilier.

 

Ainsi, en quelques années, la dette publique de la France sera allégée de 1 116 Milliards, et les nouveaux impôts prélevés pour renforcer les services de l'état viendront contribuer au redressement de l'économie française.

 

Et ce sera justice!

 

(*1) Ce plan doit être affiné, car il ne tient pas compte de l'incidence sur les sous-traitants, les femmes de ménage et les employés de sécurité, mais ce coefficient de 2 inclus l'impact des services généraux des banques.Banquiers.jpg

Publié dans Politique

Commenter cet article